06 mars 2014

Suétone et la vie des douze Césars!

Des oeuvres littéraires de l'antiquité latine, on ne lit plus guère que La vie des douze Césars , de Suétone, Le Satyricon, de Pétrone, et L'art d'aimer, d'Ovide. Ajoutons-y peut-être Les Annales, de Tacite, et on en aura fait le tour. Suétone attire toujours le lecteur d'aujourd'hui par la qualité de son style, par son regard pénétrant, et par son jugement sans concession des personnages, ces douze Princeps , de Jules César à Domitien, qui font l'objet de son étude. Ce qui devait être un livre d'histoire, par la subtilité et la... [Lire la suite]
Posté par Nekki à 14:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 janvier 2014

Sade, "Les 120 journées de Sodome"

Cet ouvrage, qui est, avec La philosophie dans le boudoir et L'Histoire de Juliette , le chef-d'oeuvre du marquis de Sade, plonge le lecteur dans une insoutenable atmosphère, qui est celle régnant dans une société fermée de quatre libertins qui refusent toute distinction entre le bien et le mal, toute loi naturelle qui pourrait entraver le plaisir de l'être considéré comme singulier, un être qui refuse toute entrave à la volupté, à ses plaisirs, à la satisfaction de ses désirs, et ce au mépris de la dignité et de la vie... [Lire la suite]
Posté par Nekki à 09:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 décembre 2013

Liszt, "Les années de pèlerinage"

C'est sans doute le chef-d'oeuvre de Franz Liszt! Cette oeuvre en trois parties, ou trois années, constitue une sorte d'autobiographie (1) en musique, elle a été composée sur de nombreuses années et est le reflet des moments de bonheur ou de tristesse d'une vie que nous savons fort mouvementée. Tout commence en Suisse, titre de la première année. Liszt a fui Paris en compagnie de sa maîtresse, Marie d'Agoult (2); le couple d'amants fuit le scandale que leur liaison a provoqué, et se réfugie en Suisse. Là tout est bonheur! C'est... [Lire la suite]
Posté par Nekki à 11:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 octobre 2013

Proust et Cocteau, une amitié ambiguë!

      Lorsqu'ils se rencontrèrent, vers 1909 ou 1910, ce fut le coup de foudre: Proust et Cocteau se découvrirent une gémellité qui, hélas, ne devait pas résister au temps. Proust, l'aîné - il avait vingt ans de plus que Cocteau -  fut ébloui par Cocteau, par une oeuvre poétique déjà importante, quand lui-même n'avait jusqu'alors publié que des "textes mondains", comme les décrivait la critique, et par son entregent de dandy fréquentant le Grand Monde. Ce fut une femme, la comtesse de Chevigné,... [Lire la suite]
Posté par Nekki à 13:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 septembre 2013

Richard Wagner, vu par Mallarmé!

On ne compte plus les ouvrages consacrés à Wagner: essais, biographies, correspondances, témoignages abondent, et font du compositeur l'homme le plus honoré par le texte, après la Bible! Mais plutôt que tous ces exégètes, ce sont peut-être les poètes, plus que les musicologues, qui ont le mieux compris et admiré l'oeuvre de Wagner; certes, on ne leur associera pas Claudel qui disait: "Il est impossible de comprendre Wotan et les Walküres si on ne songe pas à ces grosses femmes aux "corsages opulents" et à ces puissants... [Lire la suite]
Posté par Nekki à 11:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 septembre 2013

Cocteau et Raymond Radiguet, une liaison fusionnelle!

Quand Cocteau et Radiguet se rencontrent à l'occasion d'un hommage à Guillaume Apollinaire, le jeune Radiguet a quinze ans et onze mois: " Calfeutré dans un long manteau couleur poil de castor où il semblait avoir passé la nuit, Radiguet avait fendu la foule pour lire au hasard, d'une voix sourde, des poèmes de Calligrammes, sans même lever les yeux du papier, avant de repartir seul, en somnambule, vers la nuit." (1) Cette rencontre ouvre la voie à ce qui constituera une des plus courtes, mais aussi une des plus fusionnelles... [Lire la suite]
Posté par Nekki à 11:47 - Commentaires [1] - Permalien [#]

23 août 2013

Emma Bovary, le personnage!

Quand Flaubert, selon la tradition, et peu importe que cela soit apocryphe ou non, dit: " Emma Bovary, c'est moi", il souligne par ces paroles toute l'empathie qu'il ressent pour l'héroïne du roman qui reste, quoiqu'en disent les critiques contemporains qui lui préfèrent L'éducation sentimentale, son grand roman, celui qui l'a rendu célèbre et qui est lu aujourd'hui encore dans le monde entier. Madame Bovary domine un roman d'une grande unité, entièrement centré sur elle, au point que les personnages qui l'entourent sont... [Lire la suite]
Posté par Nekki à 10:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 août 2013

Flaubert, une biographie

Dans un récent billet qui concernait Stendhal, je disais que si on pouvait admirer Flaubert, on aimait Stendhal. La récente biographie de Flaubert par Michel Winock, déjà l'auteur d'une excellente biographie de madame de Staël, ne me fera pas changer d'avis, l'homme Flaubert y apparaît tel qu'on le connaît: méprisant les femmes, la politique, la vie tout court, qui lui paraît une charge insupportable, au point qu'on se demande comment un homme tellement désabusé a pu construire, dans des conditions difficiles qui l'ont plongé... [Lire la suite]
Posté par Nekki à 11:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 juin 2013

Alexandre Vialatte, ou les délices de la langue française!

On sait combien la langue française est aujourd'hui malmenée, sinon peu respectée: journalistes qui ignorent jusqu'à l'orthographe, présentateurs de télé qui parlent le langage le plus simplifié, tous faisant fi de l'immense richesse de vocabulaire de leur langue...! Si l'on veut retrouver à la fois la beauté, l'élégance, la variété et la précision de notre langue, Alexandre Vialatte est le meilleur des guides. Durant plus de vingt années il tint la chronique hebdomadaire dans La Montagne. Chroniques aussi variées que sont les... [Lire la suite]
Posté par Nekki à 11:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 mai 2013

Chateaubriand: "La vie de Rancé"

C'est en 1844, soit quatre ans avant sa mort, que Chateaubriand écrivit La vie de Rancé. On a dit qu'il l'écrivit sur ordre de son confesseur, en guise de pénitence, ce qui n'est pas impossible au vu du caractère particulier de cette oeuvre qui apparaît, en effet, comme une sorte d'ultime réflexion - à propos de la biographie d'un homme, Armand-Jean Le Bouthillier de Rancé, avec lequel Chateaubriand ressentait très peu d'affinités - sur la vie et sur la mort, sur le temps qui passe, sur l'ennui que génère la vieillesse, et sur... [Lire la suite]
Posté par Nekki à 11:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]