24 mai 2012

Le monde selon Baltasar Gracian

C'est en 1647 qu'un jésuite espagnol, Baltasar Gracian, fit publier son Oraculo manual y Arte de prudencia, traduit par Amelot de La Houssaie en 1684 sous le titre de L'Homme de cour ( à ne pas confondre avec le  Livre du courtisan de Castiglione). En écrivant ce petit manuel d'aphorismes, Gracian avait voulu, respectant la politique de son ordre, réconcilier deux mondes qui s'éloignaient de plus en plus l'un de l'autre: celui de la société civile, qui depuis les progrès scientifiques et artistiques de la Renaissance,... [Lire la suite]
Posté par Nekki à 11:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

18 mai 2012

Carlos Fuentes: littérature et politique.

Les hommages à celui qui fut un des plus grands écrivains de notre temps sont nombreux dans la presse internationale, il me semble inutile d'en ajouter à ceux, unanimes, qui soulignent son immense talent d'écrivain. Ce que je voudrais préciser, car cela n'a pas toujours été dit, c'est le lien étroit qui existe en Amérique Latine entre littérature et politique. Carlos Fuentes a été un pourfendeur des dictatures qui ont longtemps régné sur le continent sud-américain; homme de gauche, il n'a jamais mis sa littérature au service... [Lire la suite]
Posté par Nekki à 15:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 mai 2012

Vita, châtelaine de Knole!

Elle aurait pu se contenter d'être un de ces riches rejetons de la grande aristocratie anglaise, dotée de ce mélange d'insolence et de hauteur qui caractérise cette caste qui, à l'entre-deux guerres, vivait à la fois sa plus haute prospérité et le début de sa décadence. Née dans un château ancestral qui contenait autant de pièces que de jours dans l'année, et autant d'escaliers qu'il y a de semaines dans la même, Vita Sackville-West se distingua très vite de ses congénères de caste par une grande liberté de... [Lire la suite]
Posté par Nekki à 14:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 mai 2012

Hommage à Dominique Rolin

La grande dame de la littérature de langue française n'est plus. Aujourd'hui, dans la presse, il n'y en a que pour Carlos Fuentes, décédé lui aussi hier. De ce dernier, monstre sacré de la littérature mondiale, je ne parlerai pas, il en est assez dit dans les médias. Par contre la disparition de Dominique Rolin sera ressentie par tous les amateurs de littérature comme la perte d'une amie, comme un deuil que l'on préfère méditer dans le silence, en se replongeant dans une oeuvre tout en finesse et en discrétion, hymne à la vie en même... [Lire la suite]
Posté par Nekki à 10:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 mai 2012

Philippe Delerm, le poète

Ah! qu'il fait bon lire Delerm.Ses petits bouquins débordent de poésie, aucune action, mais de ces petits riens - une orangeade bue dans un café de village silencieux, face au soleil couchant, un essuie de bain secoué du sable de plage qui lui est resté collé, un cigarillo allumé le soir au coin du feu - qui font tout son bonheur et le nôtre. L'oeuvre de Delerm fait songer aux films de Jacques Tati, les Vacances de monsieur Hulot, et aux petits personnages de Sempé, petits moments de vie observés avec une méticuleuse précision et... [Lire la suite]
Posté par Nekki à 14:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 mai 2012

"Petite Poucette"!

Un article dans le journal Libération du 11 mai dernier m'a particulièrement interpellé. Il s'agit d'une critique par Robert Maggiori du dernier livre du philosophe Michel Serres, Petite Poucette (1), dont voici une des citations étonnantes: " La ligne qui divise en deux le genre humain passe entre ceux ou celles qui d'un doigt gourd, l'index, tapent "JZ SUIQ BIEN ARRIVE" en 3 ou 4 minutes, et ceux ou celles qui, faisant de 2 pouces fuser les sms, envoient en quelques secondes à 50 contacts toutes les news sur un concert de... [Lire la suite]
Posté par Nekki à 15:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 mai 2012

De Chateaubriand à Proust!

Quand, dans sa magistrale biographie de Chateaubriand, Jean-Claude Berchet écrit: " Un soir que le soleil disparaissait derrière les nuages et qu'un vent froid soufflait par intervalles, il ( Chateaubriand ) se laissait envahir par de noires pensées en lisière des taillis quand un événement inattendu se produisit: " Je fus tiré de mes réflexions par le gazouillement d'une grive perchée sur la plus haute branche d'un bouleau. A l'instant ce son magique fit reparaître à mes yeux les champs paternels; je revis ces champs où j'entendis si... [Lire la suite]
Posté par Nekki à 10:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 mai 2012

Chateaubriand, une biographie.

Encore une biographie de Chateaubriand! Comment ose t-on écrire la biographie d'un homme qui est l'auteur d'une des plus belles autobiographies de la littérature française? Voilà des réactions auxquelles on peut s'attendre à chaque parution d'un nouvel ouvrage biographique consacré à l'auteur des Mémoires d'outre-tombe. En fait, il y a deux méthodes pour écrire une biographie de Chateaubriand: la première consiste à suivre de près ses Mémoires (1), à les illustrer des dernières recherches historiques, en y ajoutant l'une ou... [Lire la suite]
Posté par Nekki à 12:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 avril 2012

Bruce Chatwin, nomade ou vagabond?

Si l'on s'en tient aux définitions du dictionnaire, Chatwin est un vagabond, puisqu'il mène une vie errante, alors que le nomade se déplace en groupe sans habitation fixe, mais quel vagabond! On a du mal à le suivre, cet homme pour qui le monde est la banlieue de sa ferme de "Holwell Farm", dans le Gloucestershire: un jour à Kaboul, la semaine suivante à Athènes, après une halte à Patmos, puis le voilà à Lima avant de se retrouver au Cap Horn! On n'en revient pas de voir ce garçon qui n'a ni fortune, ni grand nom, ni... [Lire la suite]
Posté par Nekki à 13:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 avril 2012

"L'oeil écoute", de Paul Claudel

Rien que par son titre, oxymore provocateur, on sait qu'on sera étonné par ce brillant essai sur l'art. Un livre qu'il ne convient d'ailleurs pas de lire dans une rame de métro bondée ou sur un quai de gare, car il n'est pas d'un accès aisé. En effet, Paul Claudel est avant tout un poète, et c'est en poète qu'il regarde un tableau, tout à l'opposé des historiens d'art professionnels: là où un Bernard Berenson ou un Erwin Panofsky auraient aussitôt fait défiler dans leur mémoire leurs archives de milliers de photographies de... [Lire la suite]
Posté par Nekki à 09:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]