30 janvier 2012

De Colette à...Colette!

Il neige et il souffle un vent polaire, rien de tel pour s'installer confortablement au coin du feu, boire un thé chaud, et lire la correspondance entre Colette et sa fille, Colette de Jouvenel, dite aussi Bel-Gazou. Dans cet échange de plus de 600 lettres on n'apprendra pas grand-chose sur l'oeuvre de Colette, même si elle cite parfois l'un ou l'autre de ses livres en voie d'achèvement. Non, il s'agit d'une correspondance normale, faite de petits évènements quotidiens, entre une mère et une fille, une mère déjà célèbre, et... [Lire la suite]
Posté par Nekki à 16:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 janvier 2012

Fuck you, Stephen Joyce!

Voilà une tête d'article peu commune pour une revue aussi sérieuse que le Nouvel Observateur, sur son site Bibliobs! C'est donc le petit-fils de l'auteur d'Ulysse qui est visé au moment même où l'oeuvre de son grand-père entre dans le domaine public ce 1 janvier 2012. Pourquoi ce "ouf" de soulagement? Stephen Joyce se serait montré âpre au gain, peu respectueux de la correspondance de son illustre grand-père dont il aurait détruit une grande partie, et enfin se serait constamment opposé à la publication d'inédits et à l'exposition de... [Lire la suite]
Posté par Nekki à 12:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
25 janvier 2012

Le retour de Colette

Colette aimait "toucher" les choses, le corps des femmes et des hommes qu'elle aimait, le pelage soyeux de ses chats, les papiers vélins ou de Chine sur lesquels elle écrivait ses textes; le plaisir des sens était tout pour elle, et ce depuis son plus jeune âge. Ce furent à Saint-Sauveur-en Puisaye le parfum des fleurs et la saveur des cerises, plus tard, près de Saint-Malo, le parfum à goût de sel des embruns, et à Saint-Tropez, dans sa villa "La Treille Muscate", le chant des cigales et le parfum des lavandes, une sensualité qui... [Lire la suite]
Posté par Nekki à 14:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 janvier 2012

Le bonheur selon Jean-Jacques Rousseau

" Je me levais avec le soleil et j'étais heureux; je me promenais et j'étais heureux, je voyais maman * et j'étais heureux, je la quittais et j'étais heureux, je parcourais les bois, les coteaux, j'errais dans les vallons, je lisais, j'étais oisif, je travaillais au jardin, je cueillais les fruits, j'aidais au ménage, et le bonheur me suivait partout; il n'était dans aucune chose assignable, il était tout en moi-même, il ne pouvait me quitter un seul instant.* C'est sur cette étonnante définition du bonheur que s'ouvre le... [Lire la suite]
Posté par Nekki à 10:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 janvier 2012

David Hockney

Il peut sembler étonnant qu'en tant que passionné de calligraphie arabe et japonaise, et donc amateur en peinture contemporaine d'abstraction lyrique, j'aie pu un jour m'intéresser à la peinture POP de David Hockney. A bigger splash, mais surtout Portrait of an artist m'enthousiasmèrent dès le moment où je les vis en reproduction dans une revue d'art de l'époque ( je parle de la fin des années 60). C'était l'époque où l'Amérique était encore un mythe pour les jeunes: les voyages en avion n'étaient pas aussi accessibles... [Lire la suite]
Posté par Nekki à 11:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 janvier 2012

Hommage à Gustav Leonhardt

Le silence de la presse, à la notable exception du "Monde" près, à propos du décès du plus grand interprète de Bach, a de quoi indigner ses admirateurs. On assista au même phénomène lors de la disparition de la chorégraphe Pina Bausch il y a deux ans, silence qui indigna Hubert Nyssen. Cet oubli est caractéristique de notre temps, plus sensible aux fantaisies des people qu'aux mérites des grands artistes de notre époque. Il est évident qu'un homme austère et exigeant comme Leonhardt offrait moins d'intérêt à la presse que les frasques... [Lire la suite]
Posté par Nekki à 13:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 janvier 2012

Chateaubriand vu par Michel Crépu

Il est toujours délicat de s'attaquer à un essai sur Chateaubriand, soit on tombe dans le piège du néo-romantisme, celui d'un Chateaubriand aux cheveux décoiffés par le vent, tel que l'a immortalisé Girodet dans son célèbre tableau, soit on fait un remake des Mémoires d'outre-tombe, et mieux vaut alors lire l'original que la copie. Michel Crépu échappe à ce double danger en nous présentant, dans un style contemporain, un Chateaubriand qui n'aurait pas fait mauvaise figure dans notre société d'aujourd'hui ( Crépu va... [Lire la suite]
Posté par Nekki à 13:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 janvier 2012

Ce matin, dans un ciel uniformément bleu, tournoie le couple de buses qui a élu domicile sur les terres de la ferme il y a maintenant plus de dix ans. Les deux rapaces volent en piaillant, à la recherche de proies. Leur vol est élégant; leur présence fidèle confirme qu'ici les affaires de la nature suivent leur cours, qu'elle est encore riche et porteuse d'avenir, que le monde animal y trouve sa nourriture, et du coup on se sent plus enraciné dans cette terre si généreuse, un lien s'établit entre l'homme et la... [Lire la suite]
Posté par Nekki à 13:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 janvier 2012

Madame de Senonnes, par Ingres.

Sans aucun doute un des plus beaux portraits de femmes peint par Ingres. Madame de Senonnes y est représentée dans une pose caractéristique du peintre: une vue de biais, le corps formant un demi-cercle tourné vers la droite du tableau en un mouvement très élégant, accentué encore par une élongation exagérée du bras droit du modèle, dans une de ces déformations anatomiques qu'Ingres utilisait dans un but purement décoratif. Tout l'attirail d'une dame de la noblesse y est représenté avec ce goût du détail et de la matière dont raffolait... [Lire la suite]
Posté par Nekki à 14:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 janvier 2012

Littérature & géographie

Les auteurs du continent américain, un Hemingway, un Kerouac, un Cortazar ou un Fuentes, pour n'en citer que quelques-uns, ont écrit des romans qui sont avant tout consacrés à l'aventure dans des territoires immenses, à l'échelle du continent qui est le leur: infini! Le paysage leur impose un style, un scénario qui ne sont pas ceux de nos auteurs européens, le plus souvent auteurs en chambre, que ce soit Proust, cloîtré dans sa chambre à coucher aux murs couverts de liège, ou Colette, alitée dans son appartement du Palais-Royal.... [Lire la suite]
Posté par Nekki à 14:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]